groupefrancohongrois

Pour agir il faut comprendre, pour comprendre il faut connaître

couvertureLes médias font souvent état d’un « déficit citoyen de la jeunesse » - dû probablement au fait que les modèles participatifs traditionnels perdent de leur pertinence au profit de nouvelles formes d’engagement juvéniles – ce qui se traduit par une désaffection des jeunes à l’égard des organisations politiques et sociales, une méfiance vis-à-vis des structures institutionnelles, une faible participation aux consultations démocratiques, aux éléctions …et un certain rejet des formes traditionnelles d’engagement.

<< Télécharger la brochure

 

 

 

D’un autre côté, on observe une volonté des jeunes de prendre des initiatives, de s’exprimer, de participer à la vie publique, de promouvoir la démocratie, d’influencer les choix de société mais selon des formes d’engagement différents.

Pour tenter de comprendre ces décalages, il nous paraît pertinent d’imaginer d’autres lieux de débat démocratique, d’ouvrir de nouveaux espaces de rencontre et de dialogue entre les jeunes et les décideurs politiques afin de créer des passerelles entre la volonté de participer des jeunes et celle des élus politiques désireux d’ouvrir un dialogue avec leur jeunesse.

« Parcours de jeunes vers la démocratie* », projet porté par la Fédération des MJC de l’Aude peut constituer une nouvelle étape dans la prise en compte des besoins des jeunes afin de les réconcilier avec le monde politique.

 

Du local à l’européen, un partenariat riche de compréhension mutuelle

Né de la volonté conjointe de jeunes, d’élus politiques et de responsables d’associations de Jeunesse et d’Education Populaire de France et de Hongrie, ce projet a pour but d’encourager et de promouvoir la participation des jeunes à la vie démocratique, de leur permettre d’acquérir les clés de compréhension nécessaires à l’exercice d’une citoyenneté active.

Un projet ambitieux qui s’appuie sur un partenariat local et européen, fiable et pertinent, motivé et engagé depuis plusieurs années sur les questions de démocratie et d’éducation à la participation des jeunes.

Du côté de la méditerranée, dès novembre 2008 à Gruissan, les contacts locaux se multiplient autour des attentes et objectifs de chacun. Très vite, l’idée de fédérer nos synergies, de mutualiser nos moyens et compétences se concrétise par la mise en place de réunions de concertation réunissant autour de la table des représentants de jeunes, des élus politiques de la Ville de Gruissan, des professionnels de la MJC de Gruissan et des responsables de la Fédération des MJC de l’Aude.

Côté Danube, nous rencontrons nos partenaires hongrois au cours d’un séminaire européen qui s’est tenu à Paris en novembre 2008. Ce partenariat coule de source car depuis 1986, une coopération s’est établie entre les MJC du Languedoc-Roussillon et la Hongrie, dans le cadre d’un projet global pour renforcer la démocratie participative.

Devenu national avec la CMJCF puis international avec le réseau européen Contact 2103, cette collaboration permet chaque année la rencontre de responsables associatifs hongrois avec des acteurs du réseau MJC et contribue au développement de structures démocratiques et participatives.

Notre projet trouve légitiment sa place dans ce contexte partenarial et la confrontation entre une jeune démocratie et la nôtre nous semble pertinente et riche en potentiels d’échanges et de compréhension mutuelle.

Ce partenariat local et européen confère à notre projet une assise solide pour développer un travail en réseau et lui permet de trouver naturellement sa place dans le nouveau dispositif« Jeunesse pour la démocratie » du programme européen Jeunesse en Action dont les priorités rejoignent nos objectifs.

 

Une diversité d’acteurs engagés, un atout essentiel à la finalisation du projet

Les partenaires engagés partagent le même intérêt pour promouvoir la démocratie participative et poursuivent des objectifs communs dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté des jeunes.

A des niveaux différents, ils ont tous une expérience dans le domaine des activités Jeunesse et internationales :

- La Municipalité de Gruissan, impliquée dès l’origine du projet,

- La MJC de Gruissan et l’Espace de Vie pour le développement communautaire de Komaron qui, par leur expérience en matière d’éducation à la citoyenneté apporteront leur savoir-faire en terme de pédagogie active plaçant les jeunes au cœur d’une dynamique d’apprentissage dont ils seront les acteurs.

- La Fédération des Maisons Civiles de Hongrie et la Fédération des MJC de l’Aude, porteuse du projet

- Et bien sûr, les acteurs principaux, à savoir une quarantaine de jeunes âgés de 13 à 18 ans

 

Pour agir il faut comprendre, pour comprendre il faut connaître

Basé sur une démarche d’acquisitions théoriques et pratiques, notre projet est construit suivant differentes etapes clés qui seront réalisées parrallèlement dans les deux pays avec des temps d’échanges de pratiques et de réflexions.

 

« La connaissance des mots conduit à celle des choses » : une phase basée sur des travaux de recherches, d’enquêtes, de forums et de rencontres avec des personnes-ressources de la société permettra aux jeunes d’apprendre et de mieux comprendre ce qu’est la démocratie, son fonctionnement, ses formes diverses, son histoire …

« Ce ne sont pas les murs qui font la cité, mais les Hommes » : nous encouragerons les jeunes à se rapprocher de la vie publique à travers des rencontres avec des acteurs locaux et européens (responsables politiques, responsables d'associations,…) pour leur permettre de s’informer, de s’enrichir et d’ appréhender les notions de politique publique, politiques sectorielles, enjeux européens .

« L’homme est un animal politique » : nous travaillerons sur l’acquisition de compétences, savoir-faire et savoir-être : s’exprimer en public, construire et argumenter ses idées, mais aussi savoir écouter, respecter les idées des autres, développer un esprit critique et d’analyse.

« La démocratie ne se limite pas à élire ses dirigeants » : les jeunes se confronterons aux instances et aux pratiques participatives existantes dans leurs pays respectifs afin de découvrir les notions de citoyenneté active, d’engagement, de démocratie participative.

Cependant, la citoyenneté ne se limite pas à comprendre son statut dans la société, mais bien plus à y jouer un rôle. En effet, la participation ne prend véritablement tout son sens que si les jeunes ont un droit de parole sur tous les aspects de la vie quotidienne, sans être cantonnés à des domaines spécifiques, mais en ayant accès à l’’ensemble des questions économiques, politiques et sociales.

Localement, il s’agira de leur donner la place, les moyens et le soutien nécessaire pour participer au débat sur l’ensemble des politiques sectorielles, de faire des propositions et de s’engager dans des actions concrètes dont ils pourront évaluer les résultats sur le terrain. Des liens seront créés, du local à l’international, pour leur permettre de prendre conscience que de nombreuses décisions affectant le niveau local sont prises à d’autres niveaux, en particulier au niveau européen afin de les ouvrir à cette dimension pour qu’ils se l’approprient et deviennent des citoyens européens avertis.

 

Une coopération à long terme et un impact durable

Le programme Jeunesse en Action et plus précisément l’Action « Jeunesse pour la démocratie » nous permet de développer un travail en réseau sur du long terme. Cette action constitue un cadre privilégié pour la mise en oeuvre de notre projet et nous permettra d’évaluer les effets et de mesurer l’impact au niveau des participants, des communautés locales et des partenaires engagés.

Par ailleurs, ce projet pourra se prolonger par de nouvelles actions développées dans le cadre du programme Jeunesse en Action soit directement par les jeunes (initiatives ou échanges de jeunes), soit par les équipes pédagogiques (échange de pratiques, séminaires européens), soit enfin par les élus politiques et associatifs qui pourront prolonger la réflexion engagée dans de nouvelles coopérations.

Même s’il ne nous est pas possible aujourd’hui de planifier précisément les futures étapes de ce projet, il est cependant évident qu’il aura des répercussions en terme de développement de projets locaux et européens.

Nous espérons que ce projet favorisera l’engagement des jeunes et contribuera à les réconcilier avec le monde politique. Nous souhaitons aussi qu’il permette au travers d’un partenariat avec les associations de Jeunesse et d’Education Populaire une ouverture vers un renouveau des pratiques institutionnelles.

Marion Astruc

Chargée de Mission

Fédération MJC Aude - relations internationales